Fondation Raoul Follereau

Reconnue d'utilité publique







Accueil > Actualités > Journée de la femme : 4 portraits de femmes engagées



Journée de la femme : 4 portraits de femmes engagées

 Madeleine Follereau

Madeleine, l’infatigable compagne et moteur de l’énergie de Raoul Follereau.
D’elle il disait « La plus grande chance de ma vie, ce fut ma femme. Elle m’a accompagné dans toutes les léproseries du monde. Elle fut mon soutien toujours. Et parfois ma consolation. À deux, on est invincible. » Madeleine et Raoul Follereau n’eurent pas d’enfant. Mais dans tous les pays où ils se rendaient, on leur donnait le surnom de « Papa Raoul et Maman Madeleine ». Il y a mille manières d’être fécond, Raoul et Madeleine avaient choisi la lutte pour un monde meilleur.

 

 

Le Docteur Annick Chauty a été pendant 14 ans la figure centrale du centre de Pobè au Bénin, spécialisé dans le diagnostic et le traitement de la lèpre et l’ulcère de Buruli. Entièrement financé par la Fondation, ce centre est aujourd’hui une référence mondiale.
Médecin spécialisé dans les maladies tropicales, le Docteur Chauty a complété sa formation par deux années d’étude en éthique et sur la doctrine sociale de l’Eglise. De son travail elle disait : « Il ne s’agit pas de soigner des malheureux mais de leur donner accès aux meilleurs soins possibles et de tout faire pour les améliorer ». Décorée de la Légion d’Honneur et aujourd’hui à la retraite, le docteur Chauty intervient encore régulièrement dans des conférences ou séminaires liés à la lèpre, signe d’un engagement qui va bien au-delà du professionnel.

 

 

Flavia Andon dirige le centre social de la Compagnie des Filles de la Charité de Saint-Vincent-de-Paul à Bethléem. Chaque jour, elle est confrontée à la souffrance et à la misère des familles sur place. Son centre est tout à la fois un lieu d’accueil médical, un lieu d’éducation pour les enfants et un lieu de formation pour que des femmes puissent exercer une activité rémunératrice. Guidée par sa foi chrétienne et soutenue par l’esprit de Saint-Vincent-de-Paul, Flavia Andon demande chaque matin à Dieu le courage de continuer son combat contre la pauvreté et l’injustice. Engagée au Moyen-Orient, la Fondation Follereau soutien ce centre depuis 14 années.

 

 

Sœur Dominique accueille dans son centre de Rutshuru en République Démocratique du Congo une centaine d’enfants des rues. Elle les nourrit, elle leur apprend à cultiver la terre, à lire et à écrire, elle les aime.
Créé à l’origine pour accueillir les orphelins du conflit entre Hutus et Tutsis au Rwanda, le centre Matumaini accueille aujourd’hui des enfants abandonnés à cause de l’insécurité qui règne dans la région. « Certains dormaient dans les arbres, d’autres se nourrissaient de résidus de viandes à proximité des abattoirs » dit-elle. Le combat de Sœur Dominique est un combat au quotidien pour aider ces enfants à grandir dans de bonnes conditions. La Fondation Follereau est fière de lui apporter son soutien.

 

 


Haut de page

Nos actualités


Le témoignage de Fidèle, une ancienne malade de la lèpre.