Fondation Raoul Follereau

Reconnue d'utilité publique






Accueil > Actualités > Afaf, son combat pour retrouver une vie normale



Afaf, son combat pour retrouver une vie normale

Afaf est une jeune Syrienne dont la vie a basculé le jour où un obus a explosé non loin d’elle, lui arrachant la jambe. Aujourd’hui, elle se bat pour pouvoir travailler, avec le soutien de la Fondation Raoul Follereau.


La vie d’Afaf a basculé le jour où, descendant d’un taxi, un obus lui a arraché la jambe gauche.  La jeune femme travaillait alors comme assistante dans une clinique dentaire du centre-ville de Damas. Elle est conduite à l’Hôpital Saint Louis de Damas (plus connu sous le nom d’Hôpital Français) où elle est prise en charge par les chirurgiens, puis par Sr Lamia, directrice de l’établissement et partenaire de la Fondation Raoul Follereau. Si Afaf a la vie sauve, elle doit dire adieu à sa jambe : elle est amputé au niveau de la hanche, une opération extrêmement délicate et risquée. Le chirurgien l’opère avec succès. Et puis il a fallu trouver une prothèse, malgré l’expiration de l’aide médicale de l’Etat et de l’hôpital. A 26 ans, il lui faut reconstruire sa vie, elle qui devait déjà subvenir aux besoins de sa maman.


Lorsque Roger Khaïrallah, le responsable des projets de la Fondation au Moyen-Orient la rencontre en 2016, elle porte une prothèse rigide lui permettant de tenir debout, mais limitant beaucoup la mobilité : la marche était très malaisée et l’empêchait de retrouver une vie normale. Avec Sr Lamia, il entre alors en contact avec M. Neute, orthoprothésiste français, pour faire confectionner une nouvelle prothèse sur mesure.


Cette année, Afaf a reçu sa nouvelle prothèse, grâce aux dons des donateurs de la Fondation Raoul Follereau. Cependant, il lui faut un long temps d’adaptation pour retrouver une démarche fluide. Parallèlement, elle se met à chercher du travail. Malheureusement, les difficultés s’enchaînent : sa maman est diagnostiquée d’un cancer à un stade avancé. Plus question, dès lors, de travailler. Afaf se dévoue pour rester au chevet de sa maman, passant de longues nuits à l’hôpital ou chez elle, à sillonner rues de cette ville en guerre à la rencontre des ONG présentes à Damas, en quête d’une aide pour l’hospitalisation ou les médicaments de sa maman.


Afaf n’a pas renoncé à retrouver un emploi. Aujourd’hui elle se forme en Anglais et en Informatique, afin de pouvoir retrouver un travail à plein temps dès que possible.


La Fondation Raoul Follereau continue à l’accompagner. Pour l’aider à financer sa formation, elle a besoin de votre aide. Vous êtes son seul espoir pour retrouver un travail et une place dans la société.


Son besoin : 2 000 €

Vous pouvez aussi soutenir les chrétiens d'Orient en laissant un message sur le site: www.messagespourlirak.com


Haut de page

Nos actualités


1 / 5

2 / 5

3 / 5

4 / 5

5 / 5




Le témoignage de Fidèle, une ancienne malade de la lèpre.