Fondation Raoul Follereau

Reconnue d'utilité publique







Accueil > Raoul Follereau > Raoul Follereau raconté par > Etienne Thévenin : la spiritualité de Raoul Follereau



Etienne Thévenin : la spiritualité de Raoul Follereau

Fondateur de la Journée Mondiale des lépreux Raoul Follereau a permis, par son action, de soigner et de transformer la vie de millions de lépreux dans le monde entier. Son énergie prenait sa source dans une spiritualité profonde qui s’exprima à travers la composition de poèmes, de messages, de lettres, d’ouvrages et dans un « Petit livre d’amour » traduit en plusieurs dizaines de langues et diffusé à plus de douze millions d’exemplaires.
Raoul Follereau n’a jamais caché sa profonde foi chrétienne. Il prononça sa première conférence à l’âge de quinze ans et déjà il indiquait ses grandes convictions : « Dieu est amour », « Etre heureux, c’est faire des heureux », « Vivre, c’est aider les autres à vivre». Cette certitude de l’amour de Dieu pour chacun des hommes guide sa vision du monde et l’orientation de sa vie. Un Dieu d’amour est un Dieu de relation, attentif à chacun, attentif au bien de chacun. Dieu invite à découvrir, au-delà des apparences, la dignité infinie de chaque être humain, et en particulier celle des plus méprisés et des plus souffrants. L’homme replié sur lui ne peut parvenir au bonheur, il ne peut s’épanouir et trouver la paix intérieure qu’en adhérant au projet de bonheur de Dieu pour tous les hommes et pour cela la contemplation doit déboucher sur l’action concrète au service des plus souffrants, et les formes de souffrance sont infinies. « Aimer, agir », « La seule vérité, c’est de s’aimer » furent les devises de Raoul Follereau qui créa un « Ordre de la Charité » afin « que chacun devienne un maillon vivant et rayonnant d’une immense chaîne d’amour qui liera tendrement le monde » et par laquelle le solitaire lui-même peut se sentir solidaire.
Raoul Follereau était conscient des difficultés du combat spirituel. S’il mettait en garde contre la fascination de l’argent, les techniques divinisées, ou les « voyous de l’intelligence», il trouvait dans la contemplation des beautés de l’art et de la culture des motifs d’espérance, et surtout il puisait beaucoup d’énergie dans le mystère de la communion des saints, à travers un sentiment de proximité avec les aînés dans la foi, comme les saints du passé, ou avec les contemporains anonymes au dévouement et à la générosité cachés.
Cette spiritualité a touché au-delà du monde chrétien et a permis à des missionnaires d’entrer en dialogue avec d’autres religions ou avec des non-croyants. Par ailleurs Raoul Follereau et son épouse Madeleine ont vécu, sur le plan conjugal, durant leurs 52 ans de mariage, un authentique parcours spirituel. Ne pas pouvoir donner naissance à des enfants fut pour eux une épreuve crucifiante qu’ils dépassèrent en s’unissant davantage encore pour mieux se mettre au service des lépreux et des souffrants du monde entier.

Etienne Thévenin

Agrégé et docteur en histoire, habilité à diriger des recherches, Etienne Thévenin est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Lorraine (pôle de Nancy). Il est l'auteur de livres, de communications et d'articles concernant des sujets d'histoire religieuse, d'histoire sanitaire et sociale et d'histoire de l'action humanitaire et caritative.


Haut de page

Nos actualités


Le témoignage de Fidèle, une ancienne malade de la lèpre.


La bataille de la lèpre c'est : un peu d'argent, beaucoup de courage et infiniment d'amour.

Raoul Follereau

Lancer l'animation