FAIRE UN DON
Déductible de vos impôts

Fermer

Située dans l’Aisne, la ville de La Fère est emblématique de la France périphérique : vacance commerciale, perte croissante du nombre d’habitants, taux de chômage chez les jeunes élevé… Le cours Clovis, un collège pilote qui souhaite lutter contre le décrochage scolaire à La Fère, a souhaite de redonner de l’ambition et de la fierté aux collégiens abandonnés par le système.

 

La Fère, ville de l’Aisne, est l’héritière de trois siècles d’histoire militaire et doit son déclin économique à la dissolution du dernier régiment d’artillerie en 1993. Seuls restent encore les anciens bâtiments militaires en briques, vestiges d’une vie de ville rythmée par les garnisons successives. Rideaux tirés, commerces fermés, maisons en ruine… Le centre-ville n’est plus que l’ombre de lui-même. La Fère a perdu presque la moitié de ses habitants. Pour autant, son état n’est que la partie visible d’un mal plus profond qui touche un nombre difficilement appréciable de communes et villes rurales en France. « La situation de la France périphérique a beaucoup évolué avec un fort taux de chômage chez les jeunes et des familles qui se sentent abandonnées par le système. Mais nous n’avons pas attendu la crise des Gilets Jaunes pour agir », explique Jean-Baptiste Nouailhac, directeur du cours Clovis, un collège pilote soutenu par la Fondation Raoul Follereau depuis deux ans. Le jeune homme a fondé en 2017, avec Hervé Catala, ancien cadre dirigeant du groupe Crédit Agricole, la Fondation Espérance Ruralité pour faire face aux défis de la France périphérique.

 

Lutter contre le décrochage scolaire

 

Jean-Baptiste Nouailhac est parti d’un constat : « La Fère est une ville emblématique de la France périphérique : un taux de chômage des jeunes qui s’élève à 50 % et un taux de décrochage scolaire de 35 %, une population qui est sous représentée dans le paysage médiatique, culturel et politique. L’éducation au service du bien commun est une réponse aux enjeux de société. C’est une solution à l’échelle macroscopique à la lutte contre le déclassement. Le creuset qui nous tient ensemble. »

Tous les jeudis, les enseignants animent des temps de vie scolaire. Crédits : Marie-Charlotte Noulens

Un peu à l’écart du centre-ville, non loin de l’ancien quartier des officiers, le collège s’est installé dans un ancien supermarché. Le parking s’est transformé en cours de récréation et les tables d’écolier ont remplacé les étalages de fruits et légumes. Le cours Clovis accueille quarante élèves de la classe de 6ème à la classe de 3ème Ce collège-pilote s’est fixé pour mission de développer un modèle de collège adapté aux besoins des jeunes ruraux, reproductible partout en France. Chaque élève est suivi personnellement dans des classes à très petits effectifs avec deux objectifs pédagogiques clairs : transmettre les savoirs fondamentaux et leur rendre confiance en eux. « Au début de l’aventure de ce projet, nous avions surtout le décrochage scolaire en tête. », explique Jean-Baptiste Nouailhac, « si ce décrochage est le fruit de la combinaison de plusieurs facteurs, le principal est sans doute le harcèlement scolaire. 80 % des élèves de la première année d’existence du cours Clovis étaient des enfants harcelés au primaire ou au collège. » D’après le Ministère de l’Education nationale, 700 000 élèves sont victimes de harcèlement scolaire, dont la moitié de manière sévère, soit 5 à 6%  des élèves au total. Un harcèlement qu’a vécu M., un jeune garçon en classe de 4ème, à présent scolarisé au cours Clovis. « Mon fils était le souffre douleur d’un groupe d’élèves dès le primaire », explique la mère de M., « à la maison, il était très renfermé et ne se confiait pas du tout par peur de représailles. C’est une autre maman de l’école qui m’a signalé que M. se faisait frapper dans la cour de récréation. » Les parents du jeunes garçon demandent de l’aide auprès de la direction. Un appel au secours qui est resté sans écho. « Mon fils était en train d’être dégoûté de l’école. » La mère de famille apprend qu’un nouveau collège va s’installer à La Fère. « Avec mon mari, nous sommes allés à la réunion d’information animée par l’équipe pédagogique du cours Clovis. Tout était clair et précis. Nous avons décidé d’y inscrire notre fils. J’ai fait confiance et les résultats sont là : M. est plus ouvert qu’avant, il est content d’aller à l’école, il a de très bons amis, il est heureux ! » L’histoire de M. n’est pas un cas isolé. La pédagogie du cours Clovis repose sur la recherche et la mise en valeur des capacités de chaque enfant dans un cadre où ils se sentent aimés et écoutés. Un cadre qui peut sembler strict de prime abord mais qui, au contraire, donne la liberté à l’élève d’être ce qu’il est. Ici, le vouvoiement est de rigueur et chaque élève porte un uniforme. Un moyen pour les élèves de gommer les disparités sociales et de se sentir respectés par les enseignants.

 

Redonner une place dans la société française

 

Un jeune garçon s’approche pour nous faire visiter son école. Son doux sourire se creuse de deux petites fossettes. « Nous sommes répartis par équipes pour les ateliers et les repas », explique Mathéo. Chacune des six équipes porte le nom d’une grande figure de l’histoire de France. « L’équipe Albert Roche est ma préférée ! Je ne dis pas cela parce que c’est la mienne. Pour notre école, il a eu une vie exemplaire. Il nous montre qu’il ne faut jamais abandonner. » Le cours Clovis souhaite que les élèves s’approprient les personnages historiques de la région afin de s’ancrer dans leur territoire et d’en être fiers. « Les enfants ont le sentiment de ne pas exister dans les médias, la culture… Ils n’ont plus de modèle culturel de référence et ont le sentiment de ne pas avoir de valeur au sein de la société », explique Jean-Baptiste Nouailhac. Une exclusion scolaire, culturelle et éducationnelle qui « menace la cohésion nationale en zone rurale. Dans les banlieues, il y a un esprit de communauté. Les zones urbaines offrent beaucoup plus d’activités que dans les campagnes : cinémas, piscine, bibliothèque, etc. Nous voulons créer une communauté scolaire. Les distances handicapent les relations et les parents ne se connaissent pas car tous nos élèves n’habitent pas à La Fère. » La pédagogie du cours Clovis repose sur trois mots d’ordre : excellence, enracinement et liberté. « Nous leur proposons un idéal basé sur l’anthropologie grecque et chrétienne : la liberté passe par la maîtrise de ses passions. »

Au cours Clovis, les enfants reprennent confiance en eux. Crédits : Marie-Charlotte Noulens

Ce collège est aussi un moyen pour les élèves de reprendre confiance en eux. Grâce au modèle de classe en effectif réduit, les enseignants peuvent prendre le temps de découvrir et développer les talents de chaque enfant. Tous les mercredis, les enfants suivent des ateliers comme la cuisine ou le théâtre. « Lorsque j’étais au collège à La Fère, tout le monde se moquait de moi », se souvient A., « depuis que je fais du théâtre au cours Clovis, je me suis comme libérée de ma timidité, je me suis ouverte aux autres. » Cette ouverture et cet accompagnement ont aussi des impacts positifs sur le parcours scolaire. « Je me souviens particulièrement de L. », explique le directeur pédagogique, Pierre-François Chanu, « son parcours scolaire au sein de l’éducation nationale était compliqué. Il avait des difficultés à écrire donc l’enseignant, pour gagner du temps, lui avait donné un ordinateur. » Le jeune élève de quatrième en avait perdu son amour propre. Arrivé au cours Clovis, il s’est complètement révélé. « Il est très actif en classe et sait parfaitement écrire. Sa mère nous a remercié. Elle était dépassée par les difficultés de son fils et le manque de soutien du collège mais maintenant, elle affirme avoir retrouvé son rôle de mère. » La demande a dépassé le projet initial. « Nous ne sommes plus dans le simple aspect pédagogique. Il y a une détresse éducative des parents qui ne sont pas écoutés dans le système de l’éducation nationale », affirme Jean-Baptiste Nouailhac, « nous essayons de créer une communauté scolaire par des rendez-vous hebdomadaires avec les parents pour discuter des sujets qui les préoccupent dans l’éducation de leurs enfants. »

Les ateliers manuels permettent aux élèves développer leur esprit créatif. Crédits : Marie-Charlotte Noulens

La troisième année du cours Clovis va s’achever et déjà l’équipe pédagogique dresse un premier bilan . « Nous avons constaté que l’échec des élèves au collège est très lié au primaire », souligne Jean-Baptiste Nouailhac, « la transmission des blocs fondamentaux n’est pas effective. Il y a un manque de liberté et de souplesse. L’environnement n’est pas favorable à l’épanouissement d’un enfant. »

Le confinement imposé par le gouvernement a entraîné la fermeture des établissements scolaires. Dans un communiqué, l’équipe pédagogique du cours Clovis a annoncé la reprise des cours le 2 juin ainsi que l’ouverture à la rentrée prochain d’un niveau primaire : « C’est une étape décisive dans notre lutte contre le déclassement des enfants de la France périphérique. Nous voulons donner à nos élèves des bases solides qui leur permettront d’être libres et de réussir, y compris dans des établissements de centre-ville. Nous sommes en train de recruter une institutrice pour la classe de CP-CE1 qui ouvrira en septembre et nous allons devoir installer une classe supplémentaire.  »