FAIRE UN DON
Déductible de vos impôts

Les infirmiers sont la cheville ouvrière de la lutte contre la lèpre.

 

En brousse, dans la jungle ou encore dans le désert sahélien, le dépistage de la lèpre serait impossible sans les infirmiers spécialisés en dermatologie. Dans les endroits les plus reculés, là où la lèpre est le plus endémique, ils sont le premier point d’entrée des malades. « Nous sommes affectés à des districts sanitaires qui couvrent l’ensemble du territoire », explique Vanier, infirmier superviseur lèpre (ISL) à Gagnoa en Côte d’Ivoire. « Tout d’abord, nous faisons beaucoup de sensibilisation à la radio et dans les écoles. Ensuite nous réalisons des campagnes de dépistage. Chaque malade dépisté est immédiatement mis sous traitement. » Dans les zones dangereuses, comme au Mali ou au Burkina Faso, les ISL prennent parfois des risques pour aller au-devant des malades et assurer la continuité des soins.

 

De longues études

 

Les études des ISL durent trois ans. « Nous faisons une école spécialisée en dermatologie et lèpre. En Côte d’Ivoire, nous intégrons cette école sur concours d’Etat que nous pouvons passer uniquement si nous avons une expérience de 4 ans comme infirmier généraliste », souligne Vanier. « Je suis devenu infirmier uniquement pour m’occuper des malades de la lèpre. Je connais cette maladie depuis mon enfance. » Le frère de Vanier était lui-même atteint de la lèpre. « Il a été soigné à Adzopé, dans le centre Raoul Follereau et malheureusement, il est décédé des suites de la maladie… »

Aux yeux de l’ISL, le com[1]bat n’est pas terminé, même si le nombre de nouveaux cas de lèpre diminue. « Deux de mes jeunes patients de 18 ans sont morts. L’un d’eux a été dépisté trop tardivement. Je l’ai rencontré par hasard dans un village. Il avait plein de nodules sous la peau. Il est décédé trois mois plus tard. Nous devons redoubler d’effort sur le dépistage précoce. » Une mission que Vanier fera jusqu’au bout. Les Programmes Nationaux de Lutte contre la Lèpre des pays de mission de la Fondation ont pu former au dépistage plus de 200 ISL en 2020.