FAIRE UN DON
Déductible de vos impôts

Fermer

Partir à l’autre bout du monde pour servir lorsque l’on a 20 ans, c’est accepter de se laisser bousculer par une autre culture, c’est accepter la rencontre. Deux jeunes anciennes volontaires de la Fondation Raoul Follereau au Liban témoignent.

 

Sixtine et Philipinne lors de leur mission.

Philippine et Sixtine sont deux étudiantes de 20 ans. Au mois d’août dernier, elles ont décidé de partir en mission au Liban avec la Fondation Raoul Follereau. Durant un mois, elles ont apporté aux vieilles dames de la maison de repos de Kfarmashou, soutien et réconfort. Animations, chants, bricolage… Une mission d’apparence simple. « Ce n’est pourtant pas toujours facile de se lever le matin en sachant que nous sommes là pour écouter chacune d’entre elles qui ont, pour la plupart, perdu leurs proches. Notre mission est l’écoute et la patience, chose plus compliquée que l’on imagine », souligne les deux jeunes filles dans leur rapport de mission.

Une belle leçon d’humilité

Dans la simplicité, et parfois le désœuvrement, Sixtine et Philippine découvrent un autre sens à leur mission. « Si nous avons un conseil à donner aux prochains [volontaires] c’est celui de ne pas trop se faire d’illusions. Une mission ne te donne pas forcément ce à quoi tu t’attends, c’est cela qui la rend encore plus belle ! Servir ne consiste pas seulement à faire des choses concrètes mais prendre le temps d’écouter et de sourire aux autres. Voici la belle leçon d’humilité que nous avons pu en tirer ! »

 

Vous aussi devenez volontaire avec la Fondation Raoul Follereau. Pour tout savoir de nos missions, cliquez ici.

 

Ecoutez l’interview de Emmanuelle sur RCF, partie trois mois avec la Fondation Raoul Follereau